Sharing is caring!

Prendre soin de votre animal de compagnie peut s’avérer très coûteux, si celui a un accident ou bien une maladie qui demande des soins réguliers et constants. Voici de bonnes pistes pour continuer à choyer votre chat ou votre chien sans vous ruiner.

 Les dispensaires pour contribuer selon vos moyens

Il est possible de payer moins cher en vous ren­dant dans l’un des dispensaires créés par des associations comme la SPA ou la Fondation assistance animaux.

Les soins y sont entièrement gratuits : li­bre à vous de faire un don selon votre bourse. Pour que votre animal soit pris en charge, vous devrez produire une pièce d’identité et signer une attestation sur l’honneur afin de certifier que vos revenus ne vous permettent pas de vous rendre chez un vétérinaire classique.

N’hésitez pas à téléphoner avant de vous déplacer car tous les dispensai­res ne disposent pas forcément du matériel adapté à tout type de soin.

Pour en savoir plus > www.fondationassistanceauxanimaux. com: de nombreux établissements sont domicilié à Paris, Marseille, Nice, Toulon et Bordeaux (entre autres villes.) Tél. 0139491818.

www.spa.asso.fr : 13 dispensaires répartis en France.

Les écoles vétérinaires pour réduire votre facture.

Il en existe quatre en France, implantées à Maisons-Alfort (94), Toulouse, Nice et Nantes. Elles proposent toutes des consultations ouvertes au public. N’ayez crainte, votre animal ne ser­vira pas de cobaye, puisque tous les étudiants sont supervisés par des vétérinaires expérimentés. Les soins tels que la vaccination, la stérilisation ou le tatouage sont en moyenne 30 % moins chers que les tarifs pra­tiqués en clinique vétérinaire. Veillez à vous libérer une matinée ou un après-midi car la file d’attente peut être longue.

Les conseils du véto :

  • Une bonne alimentation associée à une bonne hygiène de vie reste encore le meilleur moyen de prendre soin de votre animal et d’éviter certains soins vétérinaires !
  • N’hésitez pas à demander à votre vétérinaire s’il est possible d’étaler votre paiement

sur plusieurs mois, la majorité d’entre eux sont compréhensifs.

A lire aussi